Bienvenue sur le blog « culture musicale » du CFMI Île-de-France !

Vous trouverez ici des ressources (vidéos, audios, partitions, polys, liens…) en complément et/ou en en relai du cours « culture musicale (monde occidental) ». Utilisez les onglets ci-dessus ou le menu « catégories » (à droite) pour naviguer dans les différentes pages.

Les pages « Introduction » (vidéos, liens web et bibliographie) et « Playlist » (œuvres « incontournables » à écouter) permettent de parcourir toute l’histoire de la musique savante occidentale, du Moyen Âge à nos jours. Les autres pages (en construction) reprennent des thèmes plus spécifiques, abordés en cours au CFMI.

Bonne lecture, et (surtout) bonnes écoutes !

1 Commentaire

Introduction : les bases…

Vous trouverez sur cette page quelques ressources (vidéos, sites web, bibliographies…) pour vous aider à situer les grandes périodes de l’histoire musicale occidentale, les « grands compositeurs », les dates et les œuvres importantes, les courants et les genres etc. : bref, les bases indispensables ! N’hésitez pas à vous constituer une chronologie personnelle (type « frise chronologique » sur papier ou en ligne), que je vous invite à compléter d’éléments d’histoire générale, d’histoire politique (règnes et régimes, guerres et conflits, événements fondateurs…), d’histoire culturelle (philosophie, grands courants de pensée…), d’histoire de l’art (courants, artistes, œuvres de référence…), etc.

0 Commentaires

Merci Youtube !

Youtube fourmille de vidéos et tutos « histoire de la musique » : profitez-en ! En voici une sélection (visionnées et approuvées…).

Commencez par celle-ci (la plus générale) pour poser les bases :

Image de prévisualisation YouTube

 

Passez ensuite à celle-ci (plus détaillée) pour approfondir :

Image de prévisualisation YouTube

 

Dans la même série, et pour approfondir certaines périodes, je vous recommande 3 vidéos sur la musique baroque (« instruments/son », « formes »,  « compositeurs ») et une autre sur le pré-classicisme (« Du baroque vers le classique ? ») :

Image de prévisualisation YouTube Image de prévisualisation YouTube Image de prévisualisation YouTube Image de prévisualisation YouTube

 

Enfin, pour les plus courageux(euses), celle-ci (longue et pas très funky, avec quelques erreurs ou approximations, mais qui donne toutefois beaucoup d’infos à prendre en note…) :

Image de prévisualisation YouTube
0 Commentaires

Le coin du geek…

Sur le web, les blogs « histoire de la musique » (plus ou moins complets, et plus ou moins bien informés) se comptent par dizaines… Voici une sélection de ressources « consultées et approuvées », par ordre de difficulté (quantité d’informations, technicité du propos…)

Les pages « Histoire de la musique » du site web La Quinte Juste proposent des fiches synthétiques (parfois un peu trop…) par périodes. Très bien pour « poser les bases ». Profitez-en pour jeter un œil aux autres pages, rubriques et ressources de ce site web !

Passée l’overdose de pubs (gratuité oblige), le blog « Les cours d’éducation musicale » (par un mystérieux « Le professeur d’éducation musicale » que l’on devine enseignant en collège) vous permettra d’approfondir, avec des infos claires (au risque d’être parfois un peu caricaturales) et des choix d’œuvres vraiment judicieux. Outre la page « Repères Histoire de la musique », piochez également dans les cours « thématiques / par séquences » (6e, 5e, 4e, 3e) qui pourront vous donner des idées !

Le slide « Histoire de la musique des origines au 16e siècle » de Nicolas Martello vous offrira enfin un cours TRÈS complet (191 diapos…) jusqu’à la fin de la Renaissance (instruments, genres, formes, compositeurs, théorie musicale et techniques de composition…). Vous pouvez, si vous le souhaitez, commencer directement au Moyen-Âge (en passant sur « les origines » et « la musiques grecque ») à la diapo 38. Pour compléter (Baroque, Classique, Romantique, Moderne & Contemporain mais aussi jazz, musiques du monde, etc.) je vous invite à piocher, sur le compte Slideshare de Nicolas Martello, parmi les « présentation » (slides) et « documents ». Dans le même registre « un peu académique (sur la forme) mais complet et détaillé », je vous signale également le site web « Introduction à la musique classique » de Jean-Paul Chorier.

0 Commentaires

Moyen-Âge & Renaissance

 

Chansons de troubadours et trouvères (rondeaux, ballades, virelais >> nombreuses références discographiques…)

Guillaume de MACHAUT (ca. 1300-1377), Messe Notre-Dame (ca. 1360-1365)

Les enregistrements (studio ou live) de la Messe de Machaut sont aujourd’hui nombreux, avec des choix d’interprétation très variés : avec ou sans doublures instrumentales, plus ou moins lent/rapide, avec ou sans mélismes/ornements, avec ou sans grégorien (prières chantées) entre les sections polyphoniques, avec différentes options d’altérations accidentelles (musica ficta), etc. etc.

Parmi les « versions liturgiques » (celles qui intègrent la Messe de Machaut au cadre liturgique d’une messe complète, en la faisant alterner avec des prières chantées), je vous conseille l’excellent enregistrement d’Antoine Guerber (Ensemble Diabolus in Musica, 2008), avec partition synchronisée (Introït sur « Rorete celi de super », traité en organum parallèle). A comparer avec la célèbre (et controversée) version de Marcel Pérès (Ensemble Organum, 1997 – avec partition synchronisée ; Introït sur « Suscepimus Deus misericordiam tuam » à l’unisson), qui opte pour une vocalité « byzantine / méditerranéenne » (timbres vocaux, ornements et mélismes, ports de voix etc.) avec des chanteurs corses.

Pour d’autres exemples de polyphonie Ars Nova : piochez dans les motets de Guillaume de Machaut, de Philippe de Vitry, ou encore dans certains motets de Guillaume Dufay.

Chansons polyphoniques de Clément JANEQUIN (piocher dedans… – parmi les incontournables : « Le chant des oiseaux », « La Bataille de Marignan (La Guerre) » et « Les Cris de Paris »)

Messes de Giovanni Pierluigi da PALESTRINA (dans l’idéal, une messe sur cantus firmus [la Missa Iste Confessor par exemple] et une messe sur chanson populaire [la messe L’Homme armé ou encore l’incontournable Messe du Pape Marcel par exemple] – à piocher parmi les 104 messes…)

0 Commentaires

Période baroque

 

Jean-Sébastien BACH (1685-1750), La Passion selon Saint-Matthieu BWV 244 (1727-1736)

Sublime version dirigée par Ph. Herreweghe, captée en concert (seul inconvénient : la vidéo n’a pas été indexée, il est donc difficile de se repérer dedans… La version « studio » de N. Harnoncourt a été indexée dans les commentaires). Il va de soi que La Passion selon Saint-Jean (1724) et la Messe en si mineur (1724-1749) sont tout aussi recommandables !

Jean-Sébastien BACH (1685-1750), Concerto pour 2 violons BWV 1043 (1717-1723)

…ou comment JSB se saisit du concerto de soliste vivaldien (modèle de ses deux concertos pour violon BWV 1041 et 1042) pour l’amener ailleurs, à travers une écriture contrapuntique beaucoup plus dense (canons et imitations polyphoniques quasi-continues…). Le 1er mouvement est un « tube », le 2e mouvement est une merveille, les 3 mouvements sont remarquables de construction (…et de beauté !). A compléter des Six concertos brandebourgeois BWV 1046 à 1051 (1721) pour le genre du concerto grosso.

Jean-Baptiste LULLY (1632-1687), Atys (1767)

L’un des plus beaux exemples de tragédie lyrique lulliste. La « résurrection » complète d’Atys par W. Christie en 1987 est évidemment incontournable… mais le son de ce repiquage vidéo est vraiment mauvais (>> à écouter en CD, chez Harmonia Mundi). Et la « version 2011″ de W. Christie, captée à l’Opéra-Comique, est absolument excellente (avec des tempos très différents : comparez par exemple les ouvertures version 1987 et version 2011…). Seul inconvénient : ces 3h15 ne sont pas indexées, donc difficile de se repérer dedans…  Quelques passages à ne pas rater : l’ouverture (version 2011), l’air de Sangaride « Atys est trop heureux » (Acte I, scène 4 – version 1987) et les « songes funestes » de l’Acte III (récitatif, entrée/danse, chœur – version 2011)

 

Madrigaux de Claudio MONTEVERDI (1567-1643)

Le madrigal est à Monteverdi ce que les sonates pour piano seront plus tard à Beethoven : une sorte de « laboratoire compositionnel ». Du 1er livre (1587) au 9e livre de madrigaux (publication posthume, 1651), on peut suivre l’évolution de son style, de s

2e livre (1590) captation « live » par Les Arts Florissants

5e livre (1605) intégrale

8e livre (en deux parties : « madrigaux guerriers » et « madrigaux amoureux », 1638)

Henry PURCELL, Didon et Enée et/ou King Arthur (ouvertures + extraits au choix)

Jean-Philippe RAMEAU, Nouvelles suites de pièces de clavecin (extraits au choix, dont au moins « Gavotte et Six doubles » – excellentes versions de Blandine Verlet ou de Scott Ross)

Jean-Philippe RAMEAU, Hippolyte et Aricie (extraits au choix, dont au moins l’ouverture et le Trio des Parques « Quelle soudaine horreur » à l’Acte II)

Antonio VIVALDI, L’estro armonico op. 3 (piocher dedans… – au moins 2 ou 3 concertos parmi cet ensemble de 12 concertos pour un, deux ou quatre violons)

0 Commentaires

Période classique

 

Symphonies de Joseph HAYDN (je vous recommande notamment la 26e [dite « des Lamentations »] + piocher entre la 94e et la 104e)

Wolfgang Amadeus MOZART, Symphonie n° 41 « Jupiter » (mais les précédentes sont bien aussi, hein…)

Wolfgang Amadeus MOZART, La Flûte enchantée (extraits du choix, dont au moins l’ouverture + quelques airs et chœurs) et/ou Les Noces de Figaro (idem) [je n’ajoute pas Don Giovanni : nous le verrons en cours]

0 Commentaires

Période romantique & postromantique

Ludwig van BEETHOVEN (1770-1827) : les 9 symphonies…

Difficile de choisir… Si les symphonies de Beethoven vous sont totalement inconnues, commencez peut-être par l’incontournable Symphonie n° 5 (1805-1807), dans l’excellente version studio de N. Harnoncourt (Teldec), ou en concert (avec partition synchronisée et analyse !) par Ch. Thielemann et le Philharmonique de Vienne. Les tutos, analyses et vidéos explicatives sur la Symphonie n° 5 sont légion sur Youtube : profitez-en ! Par exemple : « Je sais pas vous : la 5e symphonie de Beethoven » ou « Petite histoire de la 5e symphonie de Beethoven (France Musique) ».

Symphonie n° 1  (1799-1800), Symphonie n° 2 (1801-1802), Symphonie n° 3 dite Eroica (1803-1804), Symphonie n° 4 (1806), Symphonie n° 6 dite Pastorale (1805-1808) [et son célèbre Orage], Symphonie n° 7 (1811-1812) [et son célèbre Allegretto], Symphonie n° 8 (1812-1814), Symphonie n° 9 avec chœur (1822-1824) [Ode à la joie].

Vous manquez de temps pour écouter les 9 symphonies ? Cette vidéo (très bien faite) est pour vous : « La meilleure symphonie de Beethoven »

Pour approfondir et suivre le devenir de la symphonie « beethovenienne » au XIXe siècle, plongez-vous dans les 4 symphonies de Johannes BRAHMS (1833-1897) – en particulier dans la Symphonie n° 3 de 1883 (dont le Poco allegretto est un « tube ») et la Symphonie n° 4 de 1884-1885 (qui est un modèle de construction « alla Beethoven »), puis piochez dans les 10 symphonies de Gustav MAHLER (1860-1911). De quoi passer de loooongues (et belles) heures d’écoute !

Ludwig van BEETHOVEN (1770-1827) : les sonates pour piano…

Là encore, difficile de choisir… Je me borne donc aux « incontournables » (piochez dans cette liste) : la Sonate op. 2 n°1 (1795 – pour une oeuvre relativement « classique » et encore influencée par Haydn), la Sonate « Pathétique » op. 13 (1798), les Sonates « Quasi una fantasia » op. 27 n° 1 (1801) et op. 27 n° 2 « Clair de lune » (1801), la Sonate « La Tempête » op. 31 n° 2 (1802), la Sonate « Waldstein » op. 53 (1803), la Sonate « Appassionata » op. 57 (1805) et enfin les « grandes » sonates de la dernière période : la Sonate op. 101 (1816), la Sonate « Hammerklavier » op. 106 (1819), la Sonate op. 110 (1821) et la Sonate op. 111 (1822).

Pour approfondir et mesurer l’impact des sonates de Beethoven sur le répertoire pianistique du XIXe siècle : Robert SCHUMANN (1810-1856), Fantaisie op. 17 (1835-1836), Frédéric CHOPIN (1810-1849), Sonate pour piano n° 3 (1844), Franz LISZT (1811-1886), Sonate pour piano en si mineur (1852-1853)…

Hector BERLIOZ (1803-1869), Symphonie fantastique

à Pour approfondir : Berlioz, Harold en Italie et Requiem

Claude DEBUSSY (1862-1918), Prélude à l’après-midi d’un faune

Claude DEBUSSY (1862-1918), La Mer

à Pour approfondir : Etudes pour piano, 3 Nocturnes pour orchestre, Jeux

Franz LISZT (1811-1886), Mazeppa (le poème symphonique, et non l’étude pour piano)

à Pour approfondir : Moussorgsky, Une nuit sur le Mont Chauve ; Strauss, Ainsi parlait Zarathoustra

Modeste MOUSSORGSKY (1839-1881) (orchestration de Maurice RAVEL), Tableaux d’une exposition (excellente version dirigée par Georg Solti)

Maurice RAVEL (1875-1937), La Valse (pour orchestre – la version filmée, dirigée par Leonard Bernstein avec l’Orchestre National de France, est à voir absolument sur YouTube)

Franz SCHUBERT (1797-1828), Die Winterreise (Le Voyage d’hiver) (piocher dedans…)

Robert SCHUMANN (1810-1856), Carnaval pour piano et/ou Scènes d’enfants pour piano

Richard WAGNER (1813-1883), un opéra « romantique » (Lohengrin [piocher dedans… – au moins l’ouverture et « In fernem Land »] ou Tannhäuser [idem] par exemple) et un « drame musical » (par exemple Siegfried [piocher dedans…], le 3e des quatre drames musicaux qui constituent la tétralogie « L’anneau du Nibelung »)

0 Commentaires

Période moderne & contemporaine

Georges APERGHIS (né en 1945), Récitations (piocher dedans…)

Béla BARTÓK (1881-1945), Quatuor à cordes n° 4 ou Quatuor à cordes n° 5 et/ou Sonate pour 2 pianos et percussion

Luciano BERIO (1925-2003), Sequenza n° 1 pour flûte, Sequenza n° 3 pour voix et Sequenza n° 5 pour trombone

Leonard BERNSTEIN (1918-1990), Danses symphoniques de West Side Story (1961)

John CAGE (1912-1992), The Perilous Night pour piano

Gérard GRISEY (1946-1998), Tempus ex machina et Talea

Pierre HENRY (1927-2017), Variations pour une porte et un soupir

György LIGETI (1923-2006), Atmosphères (1961) et  Lux Aeterna (1966)

Que l’on pourra utilement compléter de Continuum (1968) et Hungarian Rock (1978) pour clavecin, ainsi que des Études (1985-2001) et de Musica Ricercata (1951) pour piano.

Darius MILHAUD (1892-1974), L’homme et son désir (1917-1918) et Le Bœuf sur le toit (1919) 

Bernard PARMEGIANI (1927-2013), De Natura Sonorum (1975) et/ou Pour en finir avec le pouvoir d’Orphée (1972) et/ou Violostries (1964)

Steve REICH (né en 1936), Drummings (1971)

Arnold SCHOENBERG (1874-1951), Pierrot lunaire (1912) et Cinq pièces pour orchestre op. 16 (1909)

Karlheinz STOCKHAUSEN (1928-2007), Stimmung (1968)

Igor STRAVINSKY (1882-1971), Le Sacre du printemps (au moins : Introduction, Les Augures printaniers, Danse Sacrale) [Antal Dorati : https://www.youtube.com/watch?v=ODMxX2uVHQI – Seiji Ozawa, choré Béjart : https://www.youtube.com/watch?v=cLZCbcO2_2I ]

Edgar VARESE (1883-1965), Ionisation (1929-1931) et Déserts (1954)

Iannis XENAKIS (1922-2001), Metastasis (1953-1954)

0 Commentaires

Le coin du libraire…

Bon… Les vidéos, blogs et autres slides glanés sur le web c’est bien joli, mais tout cela ne remplacera jamais les ouvrages « de référence » que vous pourrez consulter périodiquement, relire au gré de vos envies ou de vos besoins, corner et annoter… D’où cette petite bibliographie commentée.

Les indispensables

Jacques SIRON, Dictionnaire des mots de la musique, 3e édition revue, corrigée et augmentée, Paris : Outre Mesure, 2006, 467 p.

Claude ABROMONT & Eugène de MONTALEMBERT, Guide de la théorie de la musique, Paris : Fayard, 2001, 380 p.

Pas spécifiquement « histoire de la musique » mais indispensables et à avoir dans sa bibliothèque. Le Dictionnaire… de Jacques Siron (pratique, maniable) répertorie TOUS les « mots de la musique » (langages musicaux, lutherie, acoustique, sonorisation…), tant pour les musiques « savantes » que pour les musiques du monde, le jazz et les musiques populaires actuelles – avec des définitions brèves mais claires, et surtout de nombreux renvois thématiques d’un mot à l’autre. Passionnant à lire… ce qui est rare pour un dictionnaire ! Le Guide de la théorie… de Claude Abromont & Eugène de Montalembert est incontestablement LA référence, complète et actualisée (oubliez la Théorie de la musique d’Adolphe Dannhauser !), sur ce vaste sujet et vous sera donc TRÈS utile.

Ulrich MICHELS, Guide illustré de la musique, 2 vol. Paris : Fayard, 1990, 574 p.

Traduction française (par Jean Gribenski & Gilles Léothaud) du DTV – Atlas zur Musik allemand de 1977 : certaines infos ont donc inévitablement vieilli, mais ces deux volumes (de petit format !) n’en restent pas moins IN-CON-TOUR-NABLES et sans équivalent aujourd’hui. Tout, tout, tout, vous saurez TOUT sur la musique (savante occidentale) : acoustique, physiologie de l’oreille et de la voix, psychologie de l’audition, organologie (familles d’instruments), théorie de la musique, genres et formes, histoire de la musique (par période et/ou genre et/ou thème). Pages de droite : le texte. Pages de gauche : les exemples musicaux. S’il ne fallait qu’une seule référence, ce serait celle-ci.

Les fondamentaux : Guides & histoires « générales » de la musique

Brigitte FRANÇOIS-SAPPEY, Histoire de la musique en Europe, Paris : PUF « Que sais-je ? », 2018 [pour la dernière éd.], 128 p.

Elisabeth BRISSON, La musique, Paris : Belin, 2016, 544 p.

Deux « histoires de la musique savante occidentale » au format poche. Très synthétique, le « Que sais-je ? » de Brigitte François-Sappey est une excellente entrée en matière. L’ouvrage d’Elisabeth Brisson (dont vous pouvez passer l’avant-propos) est plus bavard… mais également plus riche. Parmi les histoires de la musique plus « copieuses », je vous recommande celle de Jean & Brigitte MASSIN chez Fayard (1987 pour l’édition revue et augmentée, 1312 p.), qui est un « grand classique », ou encore celle plus récente de Marie-Claire BELTRANDO-PATIER chez Bordas (2004, 1207 p.)

Philippe LESCAT & Jean SAINT-ARROMAN, La musique occidentale, du chant grégorien à Béla Bartók : 108 plans, Courlay : Fuzeau, 1996.

Une autre approche, de type « fiches de cours » : « Le chant grégorien », « L’Ars Nova », « L’oratorio italien au XVIIe siècle », « Jean-Baptiste Lully et la tragédie lyrique », « La suite instrumentale », « La symphonie classique », « Franz Schubert et le lied », etc. etc. Chacune des 108 fiches donne des éléments de synthèse : contexte historique et point de mémoire, éléments de biographie/chronologie, œuvres, formes/genres, caractéristiques… Très utile, mais hélas introuvable aujourd’hui car épuisé (sauf en anglais) : à consulter en bibliothèque ou à acheter d’occasion…

Claude ABROMONT & Eugène de MONTALEMBERT, Guide des genres de la musique occidentale, Paris : Fayard, 2010, 1416 p.

Claude ABROMONT & Eugène de MONTALEMBERT, Guide des formes de la musique occidentale, Paris : Fayard, 2010, 238 p.

Le Guide des formes… vous sera surtout utile sur le plan « technique » de l’analyse musicale. Pour la partie « culture musicale », je vous recommande plutôt le Guide des genres…, certes volumineux mais passionnant, clair et très documenté : une autre manière, thématique plutôt que chronologique, d’aborder l’histoire de la musique.

Les fondamentaux : Vocabulaires

Depuis plus de 20 ans, les éditions MINERVE publient l’excellente série des « Vocabulaire de… » : voici encore une autre manière d’explorer une période de l’histoire musicale, à travers ses mots techniques et son vocabulaire spécifique…

Musique médiévale (Gérard LE VOT), Musique de la Renaissance (Philippe VENDRIX), Musique baroque (Sylvie BOUISSOU), Musique de l’époque classique (Michel NOIRAY), Musique romantique (Christian GOUBAULT), Musique à l’aube du XXe siècle (Christian GOUBAULT), Musique contemporaine (Jean-Yves BOSSEUR)

En complément (et parfois hors musique savante occidentale), je vous signale aussi les vocabulaires de l’opéra (Pierre SABY), de la musique vocale (Joëlle-Elmyre DOUSSOT), des musiques afro-américaines (Christophe PIRENNE), des nouvelles technologies musicales (Claude FATUS), de l’ornementation baroque (Joëlle-Elmyre DOUSSOT).

Pour approfondir : le Moyen Âge

Le livre d’Albert SEAY, La musique du Moyen Âge (Arles : Actes Sud, 1988, 257 p.) est accessible, clair et bien documenté : c’est celui que je recommanderais en « première lecture ». Chez Fayard, les ouvrages d’Olivier CULIN sont également excellents (mais peut-être un peu moins accessibles) : Brève histoire de la musique au Moyen Âge (2002)Laborintus : essais sur la musique au Moyen Âge (2004) qui rassemble différents essais sur des sujets plus spécifiques, et enfin L’image musique (2006) qui traite plus particulièrement de la notation musicale à travers des reproductions commentées de (magnifiques) manuscrits. Sur les XIIIe et XVIe siècles, je vous recommande également le petit livre (poche) de Bernard GAGNEPAIN, Histoire de la musique au Moyen Âge : 2. XIIIe-XIVe siècle (Seuil, collection « Solfèges », 1996), très richement illustré, très clair et qui se lit facilement (ne cherchez pas le vol. 1 : il n’existe pas…)

En complément, je vous signale également le remarquable catalogue d’exposition (livre +CD) Moyen Âge : entre ordre et désordre (2004) du Musée de la Musique (Paris), hélas épuisé à la vente : les reproductions (nombreuses) y sont superbes, et les textes passionnants. Pour vraiment TOUT savoir sur la musique au Moyen Âge, les plus courageux(euses) pourront se plonger dans la « somme » de Richard H. HOPPIN, La musique au Moyen Âge (Mardaga, 1995) en 2 volumes (vol. 1 = 640 pages grand format ; vol. 2 = anthologie de textes musicaux).

Pour approfondir : la Renaissance

Il n’existe pas vraiment d’ouvrage (francophone) complet et « abordable » sur le sujet… Je vous recommande de piocher quelques informations dans le livre d’Isabelle HANDY, Histoire de la musique au Moyen Âge et à la Renaissance (Ellipses, 2009), et surtout de parcourir le Vocabulaire de la musique de la Renaissance de Philippe VENDRIX (Minerve, 2016 pour la 2e éd. revue et corrigée).

Les plus courageux(euses) et/ou passionné(e)s se plongeront dans les (excellentes) 955 pages grand format d’Allan W. ATLAS, La musique de la Renaissance en Europe, 1400-1600 (Brepols, 2012)

Pour approfondir : la période baroque

Claude V. PALISCA, La musique baroque, Arles : Actes Sud, 1994, 368 p.

Raphaëlle LEGRAND, Comprendre la musique baroque à travers ses formes (livre + 2CD), Arles, Harmonia Mundi, 1997.

Accessible, complet et bien documenté, le livre de Claude V. PALISCA supplante aujourd’hui La musique baroque de Manfred F. BUKOFZER, qui a longtemps fait autorité (écrit en 1947, traduit en 1982 pour les édition J.-CL. Lattès, plusieurs fois réédité mais aujourd’hui épuisé). Le livre-CD de Raphaëlle LEGRAND (une rareté hélas épuisée, et assez difficile à trouver) est un excellent complément, avec des explications claires et de nombreux exemples.

Pour approfondir : le classicisme

Giorgio PESTELLI, La musique classique : l’époque de Mozart et de Beethoven, Paris : JC Lattès, 1989, 350 p.

Jean-François BOUKOBZA, Haydn, Paris : Gisserot, 1999, p. 43-81.

Le livre de Giorgio PESTELLI (hélas épuisé à la vente) offre, à ma connaissance, un panorama toujours inégalité de l’Europe musicale dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, tant sur le plan esthétique et technique (langages musicaux) que socio-économique. Plus abordables que Le style classique de Charles ROSEN (à réserver pour plus tard…), les pages 43-81 du petit Haydn (format poche) de Jean-François BOUKOBZA vous offriront une explication simple et claire du langage musical « de style classique » et de son fonctionnement.

Pour approfondir : le romantisme

Alfred EINSTEIN, La musique romantique, Paris : Gallimard, 1984, 448 p.

Les ouvrages sur le romantisme musical sont nombreux : Leon PLANTIGA (La musique romantique, Lattès, 1989), Charles ROSEN (La génération romantique, Gallimard, 2002), Emmanuel REIBEL (Les musiciens romantiques : fascinations parisiennes, Fayard/Mirare, 2004), Brigitte FRANÇOIS-SAPPEY (La musique dans l’Allemagne romantique, Fayard, 2009)… Ma préférence va toutefois au livre plus ancien d’Alfred EINSTEIN (1947, trad. française en 1959) qui reste – à mes yeux – une synthèse inégalée à ce jour.

Sur la question du pré-romantisme et du tournant « XVIIIe-XIXe siècle », je vous recommande les excellentes études de Martin KALTENECKER (La rumeur des batailles : la musique au tournant des XVIIIe et XIXe siècles, Fayard, 2000) et d’Emmanuel REIBEL (Comment la musique est devenue « romantique » : de Rousseau à Berlioz, Fayard, 2013) – à compléter du livre d’Olivier BARA & Alban RAMAUT (Généalogies du romantisme musical français, Vrin, 2012).

Sur les questions plus spécifiques d’esthétique musicale, je vous recommande L’esthétique musicale classique et romantique (Rue d’Ulm, 2019) de Carl DAHLHAUS, dont la traduction française, longtemps attendue, vient de paraître (moins difficile à lire que L’idée de la musique absolue : une esthétique de la musique romantique, du même auteur, traduit en français chez Contrechamps en 1997). Voir aussi les ouvrages de Michelle BIGET-MAINFROY (La musique à l’épreuve des mots : écrits croisés de France et d’Allemagne à l’époque romantique, Symétrie, 2010) et de Jean-François CANDONI (Penser la musique au siècle du romantisme : discours esthétiques dans l’Allemagne et l’Autriche du XIXe siècle, PUPS, 2012)

Pour approfondir : la période moderne & contemporaine (XXe-XXIe siècles)

Marie-Claire MUSSAT, Trajectoires de la musique au XXe siècle, Paris : Klincksieck, 2002, 208 p.

Jean-Noël VON DER WEID, La musique du XXe siècle, Paris : Fayard/Pluriel, 2010 [pour la version actualisée], 719 p.

Dominique & Jean-Yves BOSSEUR, Révolutions musicales : la musique contemporaine depuis 1945, 5e éd. révisée et complétée, Paris : Minerve, 1999, 296 p.

Les ouvrages de Marie-Claire MUSSAT et Jean-Noël VON DER WEID couvrent tous deux la (quasi-)totalité du XXe siècle. Le premier fonctionne par « questions/réponses » thématiques, ce qui en fait une très bonne introduction. Le second, réédité en format poche mais néanmoins très copieux, alterne les chapitres « par compositeur », « par courant/école », « par pays » etc. : pour approfondir (attention : la plume de Jean-Noël von der Weid est parfois assez subjective, avec des préférences que l’on devine facilement…). Le livre de Dominique & Jean-Yves BOSSEUR offre sans doute le meilleur « panorama » francophone de la musique après 1945.

0 Commentaires

Choeurs enfants et ados de ... |
Formation musicale |
Memoriafunk |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cremymusic